« CEUX QUI RÉSISTENT AU NOUVEL ORDRE MONDIAL AURONT L’AIDE ET LA PROTECTION DE DIEU » – MONSEIGNEUR VIGANO, ARCHEVÊQUE ITALIEN

MONSEIGNEUR CARLO MARIA VIGANÒ

Monseigneur CARLO MARIA VIGANÒ est un Archevêque italien de l’Église Catholique Romaine. Il a occupé les fonctions de Secrétaire Général du Gouvernorat de la Cité du Vatican de 2009 à 2011 puis Nonce Apostolique aux États-Unis de 2011 à 2016. Il est connu pour sa dénonciation des scandales étouffés par l’Eglise et son opposition aux papes successifs depuis plus de 10 ans. Voici un extrait, traduit en Français, de son récent interview chez The Gateway Pundit.

*******

Interrogé sur le fait d’être qualifié d’« ennemi public », l’archevêque Vigano a répondu ce qui suit :

Comme je l’ai noté précédemment, il est typique de tout régime totalitaire de chercher à délégitimer toute forme de dissidence, d’abord en ridiculisant l’adversaire, en faisant de lui l’objet de dérision pour le discréditer aux yeux de l’opinion publique. Puis, après avoir délégitimé la personne comme pathologique, ou ayant besoin de soins psychiatriques, suggérer que l’adversaire est mentalement instable qui devrait être hospitalisé dans un établissement psychiatrique. Enfin, ce processus aboutit à la criminalisation complète de tous les dissidents. Le régime crée ainsi les prémisses nécessaires pour séparer tous ses adversaires de la société civile.

Interrogé sur les espions présents dans les masses de prêtres qui avertissent leurs congrégations des dangers des vaccins COVID, l’archevêque a répondu :

Je pense que tout prêtre a le droit, ou plutôt le devoir, d’avertir ses fidèles du danger réel – pas seulement hypothétique – que représente l’inoculation de ce produit médical expérimental. C’est particulièrement le cas lorsque toute la farce psycho-pandémique vise clairement à conduire à l’instauration d’une dictature, dont le but est de contrôler les citoyens par une violation de leurs droits constitutionnels et naturels sous couvert d’urgence sanitaire.

À un autre moment, l’archevêque a mis en garde contre la préparation qui a eu lieu avant la pandémie :

Cette opération a nécessité une préparation minutieuse et a nécessité la participation d’une grande partie des institutions publiques et des secteurs privés, y compris la complicité de la magistrature, des forces de l’ordre et des médias. Ces efforts conjugués constituent un véritable  coup d’État  et la pandémie n’est qu’un prétexte – le  profasis  – à travers lequel s’introduit l’apparente inévitabilité de la violation des droits fondamentaux et l’instauration conséquente du régime totalitaire de l’Ordre Nouveau. Dans ce Nouvel Ordre règne la superstition pandémique, avec ses magiciens, ses temples vaccinaux, ses rituels irrationnels et ses excommunications de pécheurs  vitandi (« à éviter » ou « à fuir ») — ceux qui n’acceptent pas de renoncer à leur raison avant même d’apostasier de leur Foi pour embrasser cette folie idéologique insensée.

En réponse au Nouvel Ordre Mondial (NWO) :

Le Nouvel Ordre Mondial n’est ni Nouveau ni Ordre : il représente la folle ambition de Satan de renverser le plan providentiel de Dieu, d’annuler la vraie Religion qui conduit au salut éternel et enfin de remplacer l’« ordo christianus ».» (« l’ordre chrétien ») dans un chaos infernal. Dans ce désordre, le mensonge remplace la Vérité, l’injustice et l’abus de pouvoir remplacent la justice, la fantaisie au lieu de l’obéissance à la loi de Dieu, la mort au lieu de la vie, la maladie au lieu de la santé, la légitimation du Mal et la condamnation du Bien, la persécution des bonnes personnes et la louange des méchants, l’ignorance au lieu de la culture et de la sagesse, la laideur et l’horreur au lieu de la beauté, la division et la haine au lieu de l’harmonie et de l’amour. Satan ne veut pas être adoré en adoptant les qualités de Dieu, mais en exigeant d’être un objet d’adoration à travers tout ce qui est mal, obscène, faux, absurde et monstrueux. Il cherche la subversion totale, une subversion ontologiquement diabolique et antichristique : un « Ordre Nouveau » obtenu au moyen d’un coup d’état global  imposée sous le couvert d’une situation d’urgence planifiée.

La campagne vaccinale, dépourvue de toute validité scientifique, sert d’abord d’apparente légitimation à la mise en place d’un suivi et de contrôles globaux, aujourd’hui sous prétexte de limiter la propagation du COVID (prétexte qui est faux, car, entre autres raisons, les vaccinés peuvent encore devenir infecté et contagieux). Mais demain, cette campagne vise à étendre sa portée, en étendant le « Green Pass » pour inclure des informations utilisées dans un « système de crédit social » pour faire face à une « urgence verte », qui sera également fausse et spécieuse. Le « Pass Vert » est conçu comme quelque chose comme la Marque de la Bête mentionnée dans l’Apocalypse de Saint-Jean pour permettre ou interdire aux gens d’acheter, de vendre, de voyager, de dépenser, de manger et de vivre.

Deuxièmement, l’inoculation à des personnes d’un sérum génique expérimental qui provoque un affaiblissement de notre système immunitaire naturel représente un crime très grave, car elle transforme des personnes ordinaires en bonne santé en personnes malades chroniques, et par conséquent en clients des entreprises de soins de santé et des soins privés. Cette situation gonfle énormément les profits de l’élite mondialiste et entraîne un appauvrissement général de la population.

Translate/Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :