GÉOPOLITIQUE : L’OTAN SALUE LE DÉPLOIEMENT D’ARMES NUCLÉAIRES AMÉRICAINES EN EUROPE DE L’EST, AUX CONFINS DE LA RUSSIE

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, a exhorté les États membres à rester engagés dans des projets prévoyant le partage d’armes nucléaires américaines meurtrières à travers la frontière orientale du bloc militaire, près de la frontière avec la Russie.

Dans un discours prononcé vendredi à l’Association atlantique allemande, Stoltenberg a déclaré que cette décision était nécessaire en raison de la menace prétendument posée par Moscou. “Notre objectif est un monde exempt d’armes nucléaires”, a-t- il déclaré, “mais tant que d’autres en ont, l’ OTAN doit les avoir aussi.”

Selon lui, “la Russie mène des actions agressives, elle s’ingère dans les affaires d’autres pays” et le pays a “investi de manière significative dans des capacités militaires, y compris de nouvelles armes nucléaires avancées”.

« Les armes nucléaires que nous partageons au sein de l’OTAN fournissent aux Alliés européens un parapluie nucléaire efficace. Ceci, bien sûr, inclut également nos Alliés de l’Est et ils sont un signal important d’unité alliée contre tout adversaire doté de l’arme nucléaire », a-t- il ajouté. « Les accords de partage nucléaire de l’OTAN revêtent donc une importance particulière pour l’Europe.

La politique interne de partage des armes du bloc dirigé par les États-Unis est au cœur de ses plans de dissuasion nucléaire contre des pays comme la Russie et la Chine, étendant la couverture de ses ogives nucléaires sans exiger que des nations soi-disant non nucléaires les produisent elles-mêmes.

Cependant, alors que l’Allemagne se préparait à un nouveau gouvernement après le départ imminent de la chancelière Angela Merkel, on craignait que Berlin refuse d’acheter une nouvelle flotte d’avions capables de lancer des armes atomiques, pour remplacer ses avions de guerre vieillissants. Cependant, Stoltenberg a déclaré qu’il était convaincu que le pays resterait partie du pacte car il offre à l’Allemagne “un siège à la table”.

Répondant au discours du patron de l’OTAN, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que le pays refuserait de fermer les yeux sur les « provocations » majeures du bloc et des pays de l’UE.

En décembre de l’année dernière, l’adjoint de Lavrov, Sergey Ryabkov, a fustigé les arrangements, affirmant qu’ils rendaient les conflits plus susceptibles de se produire. Selon lui, Moscou « espère que les États-Unis cesseront de « partager » des armes nucléaires avec leurs alliés, et cesseront de déployer des armes nucléaires dans des pays qui ne possèdent pas de telles armes… Évidemment, cela conduit à une déstabilisation et, en plus, de nouveaux risques apparaissent. “

Cependant, il était optimiste quant à la perspective d’éviter l’Armageddon atomique, soulignant qu’ “une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée… La Russie est prête à coopérer pour renverser cet état de choses”.


Source : Russia Today ( Traduit en Français via Google)

Translate/Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :