SPIRITUALITÉ DE L’ÉGYPTE : “LES DIEUX” OU LES GRANDS PRINCIPES UNIVERSELS

LES “DIEUX” DE L’Égypte

Les artefacts de la Civilisation égyptienne nous fascinent encore de nos jours : pyramides, hiéroglyphes, dynasties des pharaons… Mais aussi la Spiritualité égyptienne. Prévoir 15 à 20 minutes pour lire ce texte passionnant sur la spiritualité de l’Égypte, dans un endroit au calme où vous êtes sûr de ne pas être dérangé. Durant la lecture, Je vous invite à adopter une attitude plein de respect pour le sacré et le divin. D’avance Merci. Raphaël

Extrait du Chapitre IV de la Première Partie du Livre intitulé «LA  LUMIÈRE SUR LE ROYAUME» de Alexandre MORYASON.

SOMMAIRE

  1. L’HISTOIRE DES MONDES
  2. LES DIEUX
  3. LES PRINCIPES UNIVERSELS
  4. CONCLUSION

I-L’histoire des Mondes

LA VOIE LACTÉE

Si la Théogonie égyptienne (*) implique les Forces agissant dans notre Système Solaire, elle est intimement liée aux Sources respectives de ces forces, c’est-à-dire à l’immensité céleste dépassant ce Système.

Il faut comprendre que note Système Solaire a une Histoire qui est elle-même liée à celles d’autres Constellations. Il s’agit simplement de savoir que :

l’énergie circule dans l’Espace en se différenciant (on l’a vu en abordant rapidement la Kabbale) ;

cette énergie donne la Vie, au sens de “Conscience“, à des êtres (dont nous faisons partie), lesquels évoluent à travers toutes les phases du Cosmos (entendez toutes les Galaxies, toutes les Constellations et tous les Systèmes Solaires), jusqu’à atteindre un certain degré de Force et de Conscience ;

cette Force et cette Conscience, acquises par un être au cours de cycles incommensurables de vie, permettent à celui-ci de créer à son tour des “Mondes” qui seront, chacun, un terrain d’évolution pour d’autres êtres dont la conscience est embryonnaire ;

ces derniers trouveront “la vie et l’être” dans un de ces Mondes et y feront toutes les expériences possibles jusqu’à ce qu’ils deviennent UN avec le Créateur de ce Monde, le Dieu de ce Monde ;

– par “Monde” on peut entendre aussi bien une Galaxie, une Constellation ou un Système Solaire ;

– une hiérarchie s’établit donc à l’intérieur du Cosmos ;

– Par “hiérarchie” on doit comprendre “ordonnancement des Centres Cosmiques canalisant la Force Unique” : d’où Elle vient, qui la reçoit et dans quel but, où Elle se dirige ensuite, etc…

Ainsi, nous, êtres humains, sommes-nous des “êtres à la Conscience embryonnaire” par comparaison à d’autres Entités. Nous évoluons dans le Système Solaire qui est notre champ d’expérience en vue d’acquérir une Conscience égale à celle de Dieu, le Logos Solaire. Lorsque nous aurons, chacun de nous, atteint cette Conscience, nous changerons de terrain d’expérience et nous irons dans un autre Système afin d’affronter des conditions nouvelles et développer d’autres capacités.

Notre Système Solaire

Le Système terrestre (*La planète TERRE) inclus dans notre Système Solaire est en fait un être dont la manifestation physique est “d’une certaine façon” ce globe sur lequel nous marchons et vivons. Cet être a d’autres plans d’existence : il a un psychisme, un mental et une spiritualité. Il évolue également dans un Système (le Système Solaire) lequel constitue pour Lui Son champ d’expérience afin d’acquérir une plus grande Conscience.

Le Système Solaire physique est aussi la manifestation dans l’Espace d’un être à la Conscience immense ; Cet être est ce qui, pour nous, représente l’Aspect le plus sublime de la Divinité. Il est notre Dieu. Il est Dieu. Il est notre Logos Solaire et reçoit le Nom de “Hôr” ou “Hérou” en égyptien (plus connu sous le Nom que les Grecs Lui ont donné : Horus). En Hôr est toute vie et toute gloire dans ce présent Système.

Parce qu’Il est la Conscience que chacun de nous aspire à acquérir, Il canalise la Force Cosmique d’Amour. Cependant, Hôr, notre Logos Solaire, reçoit la Vie (Ses énergies), d’autres Grand êtres qui constituent pour Lui son terrain d’expérience…et ainsi de suite, d’inclusion en inclusion, peut-on saisir l’agencement des Mondes et la Hiérarchie s’établissant entre Eux.

Ces vastes Mondes, ou du moins la très faible portion dont la connaissance nous a été transmise, ont une histoire. Ils sont des êtres gigantesques qui, en évoluant, produisent des causes, lesquelles engendrent des effets à l’instar de chacun de nous, êtres humains, qui accomplissons tel acte provoquant ainsi tel effet sur nous-mêmes ou sur notre environnement.

La Genèse de l’Univers (*ou Cosmogénèse) et l’Histoire de certains Mondes dont le nôtre fait partie (Constellations, Système Solaire et Systèmes Planétaires) sont relatées sous le masque du Mythe par la Théogonie égyptienne.

(*) Théogonie = Récit mythologique de l’origine des dieux et de leur généalogie.

OSIRIS, ISIS et HORUS

II – “LES DIEUX”

La Grande Entité dont dépend notamment notre Logos Solaire est Celle qui régit ce qui se manifeste physiquement par la Constellation de Sirius. Elle avait pour nom en égyptien Aset (*prononcé Asst) que les Grecs ont hellénisé en Isis, le Logos de Sirius.

La représentation symbolique et magique d’Aset était, et est encore, une jeune femme, très belle, vêtue d’une robe blanche et recouverte d’un manteau bleu, voilant la tête ; Elle tient dans Ses bras, au niveau du cœur, un enfant. Cette image est très connue ; elle est celle par laquelle le Christianisme représente la Vierge Marie (*Sans toutefois se référer à Isis, le Christianisme prétend qu’il s’agit de Marie, la mère de Jésus).

Aset canalise l’Aspect Féminin ou Magnétique de l’Intelligence Universelle pétrissant la Substance Cosmique. Elle nourrit notre Système Solaire et, en conséquence, nourrit chacun de nous. Les Textes des Pyramides appellent Aset “La Grande Pourvoyeuse” car elle pourvoit à la Vie de notre Système. Symboliquement “Elle donne la Vie à Son Fils Hôr (Horus)” ; la Vierge tient Son Enfant dans Ses bras… C’est pourquoi il est dit dans la Tradition ésotérique que , si l’Espace éternel de la Non-Manifestation est la Mère Absolue, la Première Mère manifestée est Binah Universelle ; la Deuxième Mère, plus proche de nous est Aset, Isis, “La Splendeur de Sirius”, Celle qui nourrit notre Système.

Cette Entité merveilleuse, Aset, est liée à un autre Monde (dont un des Centres est une Constellation), c’est-à-dire une autre Entité appelée Osir (Osiris par les Grecs). Osir, en tant que Logos de plusieurs constellations, canalise l’Aspect Masculin ou électrique de l’Intelligence Universelle active dans la Substance Cosmique (IIIème Logos).

Le Dieu Égyptien OSIRIS

Ces êtres immenses, Osir (*Osiris) et Aset (*Isis), canalisant la double Polarité de la Substance Universelle, sont donc liés à l’Essence même de cette Substance qui reçut le Nom de Ptah.

Très schématiquement, Osir (Osiris), lié à Aset (Isis), donnent la vie à un Fils, Hôr (Horus). Celui-ci gouverne au nom de son père et par le pouvoir que ce dernier a transmis à son épouse, un certain royaume, l’Égypte.

Ceci est le masque de cette Histoire Cosmique. Expliciter le mythe de la mort d’Osir (Osiris), tué par Seth et dont le corps déchiqueté a été restructuré par Aset (Isis), nécessiterait des Volumes car il s’agirait d’écrire l’Histoire des Mondes, comment, au cours de leurs Cycles, ces Entités Gigantesques ont évolué et on lutté pour préserver leur Conscience.

Un détail, cependant, devra être retenu : Seth, le méchant Seth qui tue Osir, Seth qui porte le mal et la destruction, le Serpent de notre Bible représente, en réalité, la déviation du Principe de l’intelligence. Il est également un être, canalisant cette déviation, qui siège dans une étoile de la Grande Ourse. De cette étoile “arrivent” les forces de destruction, “le mal“, sur notre Terre (laquelle a aussi, indépendamment de cela, de nombreux problèmes à régler) ainsi que sur une étoile des Pléiades. Ce “mal”, cette vibration cosmiquement difficile, qui se traduit en haine et horreurs de toutes sortes pour nous, Terriens, n’atteint pas le pouvoir de l’Intelligence Universelle pas plus que la Sphère de Sirius, d’Aset (Isis)… Qui la maitrise parfaitement. “Aset a vaincu Seth” disent les Textes… Nous avons là la représentation traditionnelle de la Vierge écrasant de Ses talons le Serpent.

III- Les principes Universels

Compte tenu des explications qui précèdent, le Nom d’Une Divinité Égyptienne détermine à la fois :

– un Principe Universel ;

– un Grand Être Qui canalise ce Principe et en transmet l’Énergie à d’autres Êtres ;

– la totalité des Potentialités de ce Grand Être, lesquelles se manifestent, en Énergies, dans notre Système Solaire, sur notre Terre et en nous…

Ceci s’explique par le fait que parmi tous les Principes Universels qui modèlent la vie d’un être, un seul devient la “Note fondamentale” et celle-ci orientera la nature des expériences que cet Être fera. Une fois ce Principe intégré en Lui, II en devient “une courroie de transmission” vers d’autres Mondes — et donc vers la multitude d’êtres qui les habitent — lesquels capteront alors ce Principe grâce à Lui.

Un Principe Universel ainsi que le Grand Être Qui le véhicule sont appelés “Neter“. Les Forces multiples qui en irradient sont également appelées, chacune quant à son action, Neter. Ce mot signifie en Egyptien “Dieu” et lorsque les Forces issues d’un Principe Universel ou de ce Grand Être sont concernées, on parle de “Neterou” (le pluriel de Neter). La Force est Personnifiée mais son origine n’est pas pour autant oubliée : le Neter. En conséquence, “Neterou” signifie “les Dieux” et ce pluriel a lourdement pesé sur le jugement qu’a porté la postérité sur la Religion Égyptienne : polythéisme et superstitions.

Les Dieux, les Neterou, sont donc l’expression d’un Principe et d’un Être (d’un Dieu) lequel fait partie, vit, dans un plus Grand Être encore. En remontant ainsi, d’Entité Gigantesque en Entité de plus en plus Sublime, on atteint l’Unique, le seul Neter existant en fait, Celui en qui se meuvent tous les Mondes, tous les « Dieux », des Constellations aux Systèmes Solaires et jusqu’à la fourmi de notre Terre, Celui que l’on appelle Dieu et qui l’est, en effet. Ce Dieu-là, « l’Un », le Seul, n’est connu que par Sa Création ou Manifestation.

Il vient d’être précisé qu’une Grande Entité, un Neter, pouvait être captée sous l’un de Ses différents Aspects ou Potentialités et que cet Aspect était également appelé Neter (Dieu), l’ensemble des Énergies étant les Neterou, « les Dieux ». Traduisons le mot Dieux par Forces ; différentes Forces composent un Grand Être, de même que plusieurs qualités caractérisent un être humain.

Ainsi, en ce qui concerne Aset (Isis), le Grand Neter de Sirius, décompose-t-on Son action selon le type de Force manifestée :

Hathor : dès qu’il s’agit d’évoquer l’aspect « germe de forme » de la Force, la Beauté, la plastique parfaite, le Feu de la Vie et l’ardeur des plaisirs. Hathor (« Het-Hérou » en Egyptien) signifie « Maison d’Hôr » (ou « Maison de Hérou »). Elle symbolise l’Énergie qui, émanant de Sirius, façonne un monde parfait, digne d’être habité par Hôr. Elle est la gaieté, la danse, la fête, la musique et l’amour. Dieu est Joie et Amour et Hathor, dans notre Système Solaire, est cette Force. La Sphère sur l’Arbre Kabbalistique, c’est-à-dire dans notre Système, par laquelle Elle se manifeste est Netzach dont l’« expression » dense est la Planète Vénus.

Hathor a également un autre aspect, un autre « visage » très violent de la nature du feu destructeur ; il convient d’en taire le Nom de crainte que, par étourderie ou légèreté, il soit prononcé sans motif sérieux et légitime… En raison des abus de cette Énergie que firent les hommes, elle a pu sembler, par cette altération, revêtir un caractère infernal… Mais la pratique magique montre combien Hathor est « aimante » et « bénéfique » et que loin de «jouer le jeu de la matière dense », elle contribue à « brûler » celle-ci pour en extraire la véritable Vie, emprisonnée dans cette sinistre opacité…

Neph-Eh-Beth ou Néphtys : II s’agit d’un Aspect du Magnétisme Universel, agissant dans la profondeur de la matière dense. Cette Force « absorbe » ou « révèle » en ce sens qu’Elle cache (Elle jette un voile) ou, au contraire, manifeste (Elle ôte le voile). Cette Force, ce Neter, agit sur le système nerveux des êtres humains, provoquant ainsi des bouleversements de leur conscience en réveillant ou en cachant, notamment la mémoire de leurs vies passées. C’est Elle qui, agissant via la Planète Neptune, nous protège des souvenirs « encombrants », douloureux ou heureux des incarnations passées et nous permet, en conséquence, de revenir sur Terre avec la conscience de la « nouveauté », nous donnant ainsi la chance, l’opportunité de revivre une vie qui ne sera pas perturbée par le souvenir de notre propre histoire. Vouloir ôter ce voile en évoquant Neph-Eh-Beth peut s’avérer terriblement dangereux; certains se sont donné la mort du fait de révélations insupportables. Lorsqu’Elle voile, Neph-Eh-Beth dispense l’Illusion ; lorsqu’Elle révèle, Elle fait jaillir l’Illumination ; ce sont bien là les attributs de Neptune. (En fait, la Force-Nephtys, passant par cette Sphère, en symbiose avec les énergies propres à celles-ci, provoque de tels effets).

Quand Aset agit sur l‘enfantement, la gestation et la mère via la Sphère de la Lune, Elle prend à nouveau son Nom d’Aset et ce dernier est alors usité en Magie.

Il a été dit qu’un Grand Neter « englobait » de nombreux Neterou : Ptah. Le « mystère » de Ptah réside dans le Pouvoir Immense de ce que l’on considère comme une Entité Gigantesque. Qui II est, Son action sur notre Terre et le procédé magique pour L’évoquer, seront tus dans ce livre car la Théurgie Égyptienne, terriblement puissante, peut engendrer de graves déséquilibres chez tous ceux qui l’emploient sans discernement ; cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne Ptah dont le contact nécessite une structure particulière.


IV- CONCLUSION

Ainsi, très brièvement, un aperçu a-t-il été donné sur le Legs de l’Egypte en tant que représentation des Principes Universels et des Entités (perçues par nous comme des Forces) agissant dans notre Système Solaire mais dont l’origine se situe hors de celui-ci.

Les Égyptiens reçurent cette Connaissance de l’Atlantide et cette dernière de ainsi que de la présence, en ces temps lointains, sur notre Planète, d’Êtres venus d’autres Systèmes ou Constellations. Cet Enseignement théorique et surtout pratique — entendez magique — était dispensé par une école que l’on appelait « l’École de Sirius » afin de bien mettre en évidence le lien de notre Système Solaire avec cette Constellation. Cette École recevait le qualificatif de « Royale » parce que ses révélations n’étaient réservées, sous cette forme dévoilée, qu’à de hauts Initiés, le peuple étant convaincu qu’il existait une multitude de Dieux et de Déesses, agissant ça et là, et il n’avait aucune connaissance de Leur Réalité ni de Leur Origine.

La compréhension de ce texte, aussi simpliste soit-elle (et elle ne peut être autre), est utile dans la mesure où chacun de vous, en lisant et relisant ces pages, se fera une image mentale, même édulcorée, de l’Univers. Rien qu’en lisant, vous visualiserez ce Schéma des Mondes s’interpénétrant et cette visualisation, cette imagerie mentale, vous mettra en contact, sans que vous le sachiez, avec ces Grands Principes par le simple fait de penser. Si ce n’était pas le cas, la lecture et l’activité mentale développée sur ce sujet constitueront un exercice facile dont la répétition créera en vous les canaux de la communication. Progressivement vous vous laisserez envahir par les Flux ainsi appelés et votre conscience, dans un éveil sûr et silencieux, saura alors entendre à nouveau ces paroles que les Prêtres d’Egypte, main tendue vers le Ciel étoilé, murmuraient autrefois à l’Initié :

<< Enfant de l’Univers, voici ta Maison >>

Pyramide de Gizeh (égypte)


Références :

La Lumière Sur le Royaume, Alexandre Moryason, Éditions Moryason, France.

https://i0.wp.com/pictures.abebooks.com/isbn/9782950145901-fr.jpg?w=750&ssl=1

La Lumière Sur le Royaume

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :